Ils persévéraient tous en la doctrine des Apôtres,

et en la communion et la fraction du pain, et dans les prières.

 

 

ACTES-42.NET

 

 

30 octobre 2015

 

 

Recevez par courriel chaque semaine une méditation biblique

 

Image de fond écran

 

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image005

 

 

L’Évangile

 

Je n'ai point honte de l'Évangile :

c'est une puissance de Dieu

pour le salut de quiconque croit…

Romains 1.16

 

 

L’évangile de Jésus Christ, voilà la raison d’être de toute la Parole de Dieu. Mais pourquoi donc? Parce nous en avons sincèrement de besoin. L’Évangile signifie « bonne nouvelle ». Nous pouvons donc remplacer l’expression Évangile de Jésus Christ par bonne nouvelle. Si nous avons besoin d’une bonne nouvelle, c’est parce que nous sommes aux prises avec une mauvaise nouvelle qui se nomme notre nature pécheresse ainsi que des conséquences qui l’accompagnent.  Le péché est une maladie mortelle, c’est ce que Paul affirme.  Nous sommes tous pécheurs et le salaire du péché c’est la mort (Rom 3.23 et 6.23).

 

L’état pécheur n’a pas été toujours présent. Nous remarquerons que suite à la création, Dieu là considéra et il trouva que cela était très bon (Ge 1.31). En établissant Adam et Ève dans le jardin d’Éden il leur a dit : « quant à l'arbre de laconnaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras point ; car au jour où tu en mangeras, certainement tu mourras » (Ge 2.17). Ce fut donc par la désobéissance à cet unique commandement que le péché et sa conséquence firent leurs entrées dans l’histoire de l’humanité. A ce moment-là, Il y a eu alors deux types de mort qui ont suivi, la mort spirituelle, c'est-à-dire la mise à la porte du jardin d’Éden et de la communion avec Dieu ainsi que la mort physique qui arriva plus tard.

 

Depuis lors, chaque personne qui voit le jour est assurée de connaitre la mort, car nous sommes tous pécheurs et privé de la gloire de Dieu (Ro 3.23). Si cette mort n’était que la fin de la vie et suivit du néant, ce ne serait pas si pire, mais en fait Jésus parle de peines éternelles (Mt 25.46). 

 

Le message de Jésus est très clair, il y aura un jour de jugement ou d’un côté nous retrouvons ceux à qui il dira « possédez en héritage le royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde » et aux autres il dira « retirez-vous de moi, maudits, et allez au feu éternel » (Mt 25.34 et 41).

 

Face à une telle situation, une si mauvaise nouvelle, nous convenons que nous avons véritablement besoin de la Bonne Nouvelle de Jésus Christ. Car il est certain que nous connaitrons tous la mort et passerons tous en jugement. C’est pour cette raison que Christ a offert sa vie pour être offerte une fois pour ôter les péchés de plusieurs (Hé 9.27-28).

 

Nous pouvons donc nous interroger quant à la manière d’être de ceux qui bénéficient de la clémence de Dieu. Ne nous trompons pas, ce ne sont pas tous ceux qui diront « Seigneur, Seigneur » qui entreront dans le royaume de Dieu (Mt.7.22). Seuls ceux que le Seigneur aura connus connaitront la vie éternelle.

 

Pour bénéficier du salut disponible en Christ il faut mettre sa foi en lui. Cela veut dire le reconnaître à titre de Seigneur et Sauveur (Ro 10.9). D’accepter l’invitation de Jésus d’avoir la communion avec lui (Ap. 3.20), car c’est le type de relation que Dieu désire entre Lui et sa création. Ésaïe a affirmé que la main de l’Éternel n’est pas trop courte pour nous délivrer ni son oreille trop pesante pour nous entendre. Ce sont nos péchés qui ont mis une séparation entre Lui et nous (És 59.1-2). L’Évangile de Christ est tel que décrit par l’apôtre Paul, c’est la puissance (dynamite) de Dieu pour notre salut (Ro 1.16).

 

Alors, mettons notre foi en lui et choisissons de marcher dans ses voies en délaissant le péché. Et si nous tombons, nous savons qu’il est en mesure de nous redresser et de nous affermir. Sentons et voyons comment Dieu est grand, combien il est bon pour nous.

 

Sylvain Bigras

 

Actes2.42.net  est une gracieuseté de

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : logo toisuismoi.ca